Qu'est-ce que la vidéosurveillance ?

Vidéosurveillance : Qu'est-il permis de faire ?

Télésurveillance ou vidéosurveillance ? Du fait de leur proximité, les deux démarches sont souvent confondues. Elles englobent cependant des matériels et surtout des services différents. Avant de choisir l’une ou l’autre, mieux vaut donc s’interroger précisément sur leur efficacité relative et sur les responsabilités qu’elles impliquent !

 

La vidéosurveillance, ou vidéoprotection, consiste à installer des caméras dans les locaux que l’on souhaite protéger, puis à utiliser ces dernières pour détecter une éventuelle intrusion. Les modèles modernes sont capables de communiquer sans fil avec le smartphone du propriétaire pour par exemple envoyer une alerte automatique en cas de détection de mouvement.

 

Lire la suite...

Dans un schéma de vidéosurveillance classique sur un lieu privé (domicile ou bureaux d’une entreprise), le propriétaire des lieux dispose d’une interface qui lui permet de contrôler en direct le flux vidéo de ses caméras. S’il est averti d’une anomalie ou d’une tentative d’effraction, il doit donc analyser lui-même les images pour lever le doute et décider des suites à donner.

 

C’est la principale limite de l’autosurveillance : vous ne pourrez pas réagir si une intrusion survient pendant que vous voyagez à bord d’un avion, téléphone coupé. Pour pallier cette lacune, il faut que la réponse soit formulée par un opérateur disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. C’est le principe de la télésurveillance, ou surveillance à distance.

 

Quelle est la différence entre vidéosurveillance et télésurveillance ?

 

Dans une installation de télésurveillance, les capteurs, détecteurs ou caméras vidéo ne capturent automatiquement des photos ou des vidéos qu’en cas de déclenchement d’une alarme. Toutes ces images sont envoyées directement au centre de télésurveillance. Là, un professionnel de la sécurité consulte ces images et choisit s’il faut classer l’incident, vous alerter, faire intervenir un agent de sécurité ou prévenir les forces de police et de gendarmerie.

 

Basé sur du matériel garanti à vie, le système est donc opérationnel 100% du temps, avec ou sans caméra (optionnelle). Il est également respectueux de la vie privée des occupants, puisque des images ne sont enregistrées que si l’alarme est activée et qu’une intrusion est détectée. Il permet enfin au propriétaire des lieux de garder le contrôle total sur son installation : depuis son smartphone, il accède à tout moment aux images capturées par les caméras.

 

La télésurveillance englobe-t-elle la vidéosurveillance ?

 

Un service de traitement des alertes peut tout à fait reposer sur une couche de vidéoprotection, mais ça n’est pas un prérequis indispensable. Verisure dispose de caméras de surveillance au catalogue mais celles-ci sont proposées en option des principales formules d’alarme avec télésurveillance. Celles-ci s’appuient en effet sur des capteurs photo couleur avec flash intégrés aux détecteurs de mouvement.

 

Quand une intrusion est détectée, ils réalisent une série de clichés qui suffisent à effectuer la levée de doute au niveau du centre de télésurveillance. Les photographies, prises avec flash, sont stockées en vue d’une transmission à la police ou à la justice si l’ouverture d’une procédure l’imposait. Au-delà des vérifications liées à la levée de doute et de cette possible utilisation comme preuve, les images sont conservées de façon sécurisée et leur confidentialité est préservée.

 

Il existe également des services spécifiques de télévidéosurveillance pour entreprises, qui reposent sur la détection automatisée d’une situation anormale par le biais d’un logiciel d’analyse d’images chargé d’étudier le flux transmis par une caméra IP. Ils ne sont cependant utilisés que dans des contextes bien particuliers.

 

Vidéosurveillance, télésurveillance et respect de la vie privée

 

La vidéosurveillance ou vidéoprotection soulève de nombreuses questions quant au respect de la vie privée, dans la mesure où elle capture des images en permanence. Elle est de ce fait plutôt prisée par les collectivités territoriales qui ambitionnent d’optimiser le recours à leurs capacités d’intervention grâce à l’analyse de ces images.

 

La télésurveillance fonctionne différemment : contrairement à la vidéosurveillance, les appareils munis d’un objectif ou d’une caméra n’enregistre des images que s’ils détectent une intrusion. Le système est donc parfaitement respectueux de la vie privée, et un agent de télésurveillance ne pourra jamais se connecter à un équipement particulier en dehors du traitement d’une alarme. Les images ou la vidéo transmise par l’éventuelle caméra (optionnelle) servent exclusivement à la levée de doute.

 

Il convient tout de même de respecter quelques contraintes comme l’interdiction de filmer la voie publique ou l’information des personnes susceptibles d’être filmées par le système d’alarme. Dès lors que ces règles définies par la loi sont respectées, la télésurveillance est parfaitement respectueuse de la vie privée.

 

Quelles formalités en cas de télésurveillance à domicile ?

 

Télésurveillance ou vidéoprotection, il est permis d’installer des caméras chez soi dès lors que ces dernières ne filment que l’intérieur de la propriété. Il est donc autorisé de couvrir l’intérieur de sa maison, le jardin ou l’allée privée qui y mène, mais il est interdit de filmer la rue ou la voie publique même si on y gare son véhicule. De la même façon, il est interdit de tourner l’objectif de ses caméras vers les propriétés ou les terrains voisins.

 

Si le foyer accueille des salariés, nourrice pour les enfants, femme de ménage ou assistant de vie, tous ces tiers doivent être explicitement informés de la présence de caméras et de l’utilisation qui est faite de ces dernières. Ces dispositions standard du code du Travail précisent qu’il est interdit de filmer ces salariés en permanence même si c’est pendant l’exercice de leur activité professionnelle. En théorie, l’usage de caméras de vidéosurveillance doit être déclaré à la CNIL si des personnes sont amenées à travailler sur les lieux.

 

La télésurveillance est ici bien plus flexible que la vidéosurveillance ou vidéoprotection : il suffit de ne couvrir que des zones privées puis d’informer de la présence d’un système d’alarme avec dispositif de capture d’image. Les autres contraintes n’ont pas lieu d’être puisqu’il n’y pas de diffusion ou d’enregistrement en continu. La télésurveillance est donc plus respectueuse de la vie privée que la vidéosurveillance.


Masquer...

Nos derniers articles

Quelle est la différence entre la vidéosurveillance et la télésurveillance ?

Souvent confondus, ces deux systèmes de protection n’ont pas les mêmes fonctions ni les mêmes contraintes à respecter.

Lire l'article

Photos, vidéos : La télésurveillance respecte-t-elle ma vie privée ?

Droit à la vie privée, interdiction de filmer certains lieux, obligation d’information… ce qu’il faut savoir avant d’installer caméra ou capteur photo.

Lire l'article

Autres thématiques