Fonctionnement de la télésurveillance

Comment fonctionne la télésurveillance ? Le principe repose sur l’établissement d’un lien sécurisé entre le système d’alarme installé sur le site protégé et un centre de contrôle à distance, où des opérateurs sont prêts à traiter les signalements 24h/24 et 7j/7.

Lorsqu'un des éléments du système se déclenche (détecteur de mouvement par exemple), il réalise une rafale de photos de la zone surveillée. Immédiatement, la centrale d’alarme envoie un signal d’alerte au centre de télésurveillance et transmet ces images.

Lire la suite...

La levée de doute

L’étape qui consiste à analyser la situation avant d’enclencher l’intervention des forces de l’ordre est une obligation légale : c’est ce qu’on appelle la levée de doute. Exigée par le code de la sécurité intérieure, la levée de doute vise à éviter l’appel à la police ou à la gendarmerie pour de mauvaises raisons. Elle se fait au moyen des images transmises par l’alarme lors du déclenchement ou par l’intermédiaire de l’interphone intégré à la centrale. Dans certains cas, elle peut justifier l’envoi sur les lieux d’un agent de sécurité.

Lire la suite...

Les interventions de la télésurveillance

L’intervention des forces de police ou de gendarmerie est demandée dès que la télésurveillance dispose d’indices suffisants pour justifier la demande. La levée de doute sera réputée effectuée si les images envoyées par le signal d’alarme montrent des vitres brisées, une porte fracturée ou la présence d’individus manifestement hostiles. De la même façon, des bruits de lutte ou des menaces verbales entendues au travers de l’interphone de la centrale d’alarme sont des éléments qui motivent un appel prioritaire aux forces de l’ordre. Il en va de même si un des occupants des lieux, identifié par mot de passe, témoigne d’une agression ou d’une tentative de cambriolage.

L’appel aux policiers et gendarmes est justifié dès que les indices recueillis par la télésurveillance laissent présumer la commission d'un crime ou délit flagrant concernant les biens meubles ou immeubles du lieu protégé.

Lire la suite...